Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Quand le Monde lance une discussion sur les OGM

10 Août 2015 , Rédigé par Seppi

Quand le Monde lance une discussion sur les OGM

 

Madame et Monsieur les ministres, montrez-vous à la hauteur !

 

 Source : http://fr.myeurop.info/2014/05/06/ogm-france-dit-non-contre-europe-du-oui-13763

 

Une invitation à discuter bricolée

 

Nos pérégrinations nocturnes sur la toile nous ont amenés à revisiter le Monde Planète qui a lancé le 13 juin 2014 une discussion sur « Voulez-vous des OGM en Europe ? » [1].

 

« Les vingt-huit Etats membres de l'Union européenne ont donné leur feu vert, jeudi 12 juin, lors d'un conseil des ministres de l'environnement au Luxembourg, à une législation offrant toute latitude aux Etats pour interdire des OGM sur leur territoire. En réformant un processus d'autorisation depuis plusieurs années dans l'impasse, cette nouvelle procédure devrait également faciliter la culture des semences transgéniques sur un Vieux Continent hostile aux biotechnologies. Qu'en pensez-vous ? Souhaitez-vous la culture de plantes transgéniques en Europe, et en France, ou la craignez-vous ? »

 

La première phrase est fausse ! La possibilité d'interdire est limitée à la culture, et elle est encadrée s'agissant notamment des motifs [2].

 

On peut aussi discuter de la deuxième phrase ; en effet, l'impasse résulte exclusivement du refus de trancher des autorités investies du pouvoir de décision : les gouvernements des États membres s'ingénient à produire des votes qui n'atteignent pas la majorité qualifiée pour emporter une décision, dans un sens ou dans un autre, et la Commission européenne à qui revient le pouvoir de décision en cas d'absence de majorité qualifiée se met ensuite aux abonnés absents. L'impasse, c'est le refus de la responsabilité de gouverner.

 

Une Europe « hostile aux biotechnologies » est aussi fort discutable. On ne voit guère d'opposition aux médicaments issus des biotechnologies. Ni aux substances issues du génie génétique qui sont utilisées dans des process agroalimentaires, par exemple en fromagerie, et qui échappent au tapage médiatique. Par ailleurs, la culture de maïs transgéniques ne fait guère débat en Espagne, où il se cultivait 131.500 hectares de MON 810 (un tiers de la sole) en 2014.

 

Enfin, la question soumise à la discussion est posée sur un mode asymétrique.

 

Tout cela donne l'impression d'un texte bricolé sur un coin de table, mais qu'importe. L'essentiel n'était-il pas de lancer le débat ?

 

 

Bravo Samuel Barbaud, Yves Égal, La Globule, Pierre-Yves Morvan, Alexis T., Triban12001...

 

Ce forum a offert, comme d'habitude, la possibilité à des intervenants de déposer un ou deux commentaires négatifs, plus ou moins argumentés, généralement sur la base des lieux communs et autres légendes urbaines qui se sont véritablement fossilisés dans le débat malgré toutes les explications et les appels au bon sens. D'autres, peu nombreux, ont insisté, souvent avec une technique bien rodée : on pose un argument ; quelqu'un répond ; on pose un nouvel argument ; quelqu'un répond ; en bout de course on reprend le premier argument et on recommence un tour de piste. Rares ont été ceux qui ont engagé un réel échange de vues. On peut leur rendre un hommage appuyé car, même si on ne partage pas leur point de vue, ils font avancer le débat.

 

Mais à souhaitez-vous ou craignez-vous la culture de plantes transgéniques en Europe et en France, on a surtoutrépondu des choses telles que PCB (de Monsanto évidemment), suicides en Inde, etc.

 

Du côté de la rationalité, une brochette d'intervenants ont fait un extraordinaire effort de pédagogie. Bravo ! Un très grand bravo !

 

 

Une journaliste à côté de ses pompes

 

Nous avons trouvé un commentaire de Mme Audrey Garric, journaliste au Monde.

 

Elle affirme que « [d]e nombreux scientifiques pointent néanmoins des lacunes dans la recherche et notamment le fait que les tests toxicologiques conduits sur des animaux, permettant la mise sur le marché d'un OGM, n'excèdent pas trois mois. » Mme Garric aurait bien du mal à les citer, ces scientifiques, hormis M. Gilles-Éric Séralini et ses amis du militantisme anti-OGM.

 

Cela reflète un problème important au niveau de certains médias, dont le Monde, évidemment. La ligne éditoriale ne repose pas sur des faits, mais des impressions ; au mieux des faits dépassés, obsolètes, jamais soumis à un réexamen critique et au pire une idéologie personnelle.

 

 

D'étonnantes « top contributions »

 

(Corrigé le 11 août 2015*) Le journal a aussi produit une sélection des « top contributions ». Nous en avons compté 17, dont quatre du même auteur. La sélection s'est faite automatiquement, semble-t-il, sur la base du nombre des clics « j'approuve ».

 

Le premier commentaire – 8 clics – peut se qualifier de divagations pseudo-philosophiques sans queue ni tête.

 

Le deuxième – 6 clics – relève également du délire, ici, anti-Monsanto, largement inspiré d'un ouvrage qui a fait la célébrité de son auteur.

 

La question posée est de savoir si les lecteurs souhaitent ou craignent la culture de plantes transgéniques, et on nous entretient longuement sur la pollution à Anniston... Cela illustre assez bien une facette du débat sur les OGM, pollué qu'il est par des postures étrangères à ce débat.

 

Sur les 17 contributions, il n'y en a qu'une qui est – modérément et avec une argumentation qui laisse à désirer – favorable à la culture de plantes transgéniques.

 

Aucune des interventions factuelles, souvent sourcées, des Samuel Barbaud, etc. n'a été retenue.

 

Disons-le tout net : la sélection est totalement aléatoire... mais pas inintéressante.

 

Elle est aussi instructive à deux autres points de vue : d'une part, il est difficile d'y percevoir des arguments qui soient spécifiques à la France. D'autre part, il est un commentaire lapidaire -- « approuvé »... quatre fois – qui résume assez bien la situation :

 

« Non, non et non!!! Pourquoi ne nous demande-t-on pas notre avis sur ce genre de questions importante avant de passer ce genre de législation!! »

 

Un intérêt somme toute limité pour la discussion

 

Le site a eu quelque... 3900 contributions. Cela paraît important.

 

Mais au fil de la lecture (fort pénible car il faut charger périodiquement les commentaires), on s'aperçoit que le nombre de contributeurs est plutôt réduit, alors même que le sujet est censé agiter la société, avec une majorité qui serait « hostile ».

 

 

Le temps est-il venu pour une remise à plat ?

 

Un forum de discussion n'est certes pas un sondage. Et un sondage ne reflète pas l'opinion publique quand celle-ci doit se prononcer, non pas dans l'abstrait, mais dans un vote ayant des conséquences économiques et sociales.

 

Peut-on cependant suggérer sur la base de ce forum – très intéressant malgré les critiques que nous avons formulées – que l'hostilité aux plantes transgéniques est, au moins en grande partie, un artefact ? Que le sujet est « chaud » essentiellement parce que, d'une part, la sphère médiatique entretient la combustion, d'autre part, la sphère politique et administrative [3] manque de courage et succombe à la démagogie et, enfin, quelques intervenants sur les blogs et autres forums de discussion entretiennent la désinformation ?

 

Il y a, nous semble-t-il, trois manières de faire de la politique et, partant, de façonner l'avenir. L'une consiste à prétendre détenir la vérité, faire des mouvements de menton (suivez mon regard...) ou afficher un sourire niais devant la caméra (suivez mon regard...), et se faire le missionnaire de sa croyance. L'autre défère à l'« opinion publique » ; c'est : «  ils pensent que... je suis leur leader... donc je suis » – du verbe suivre, en prétendant évidemment précéder et conduire. Dans la troisième, on analyse les faits – ici, notamment, la science et l'expérience (vingt ans de recul) – et on explique la voie à suivre à un électorat que l'on s'attache à convaincre.

 

Nos gouvernants auront-ils le courage de suivre la voie de la raison ?

 

 

Madame et Monsieur les ministres, montrez-vous à la hauteur !

 

 

Posons le problème en termes plus pratiques. La récolte de maïs sera décevante cette année (enfin, s'il y a une récolte en grain car de nombreuses parcelles seront récoltées en urgence en ensilage pour ne pas tout perdre). En cause, la sécheresse. Aux États-Unis d'Amérique, les agriculteurs font leurs premières expériences avec le maïs droughtgard. Il n'est pas « résistant » à la sécheresse comme le veut une certaine comm', mais il est mieux armé que le maïs « conventionnel » face à la sécheresse. C'est une avancée agronomique et technologique.

 

Il n'est pas si difficile que ça d'expliquer à des bobos que sécuriser le rendement chez les agriculteurs qu'ils ont tendance à prendre de haut – en clair, à mépriser – c'est aussi assurer notre sécurité alimentaire, conforter notre balance commerciale...

 

Madame et Monsieur les ministres, allez-vous dire aux agriculteurs français qu'ils n'auront pas droit à ce progrès génétique parce que la démagogie électoraliste vous recommande de maintenir cette décision stupide d'interdire la culture de tous les maïs génétiquement modifiés (la loi n° 2014-567 du 2 juin 2014 relative à l'interdiction de la mise en culture des variétés de maïs génétiquement modifié) ?

 

Allez-vous l'annoncer en marge de la grande réunion mondiale sur le changement climatique ? Ou avant, pour bien montrer la cohérence de la politique française et le sérieux de la parole gouvernementale ?

 

On peut aussi poser la question sous l'angle de la santé publique. Si, comme cela s'annonce, l'expérience d'Oxitec avec ses Aedes aegypti transgéniques est concluante au Brésil [4], irez vous annoncer à nos concitoyens ultramarins – et même à nous métropolitains, car la menace se précise – qu'ils n'auront pas droit à la démoustication par lâcher de mâles stériles transgéniques ?

 

________________

 

[1] http://www.lemonde.fr/planete/discussion/2014/06/13/voulez-vous-des-ogm-en-europe_4437670_3244.html

 

[2] http://seppi.over-blog.com/2015/07/renationalisation-des-autorisations-d-utiliser-des-ogm-brol-a-bruxelles.html

 

[3] Voir l'étonnant communiqué de presse du HCB :

http://seppi.over-blog.com/2015/07/mais-gm-mon-810-l-avis-du-cs-du-hcb-contextualise-par-le-bureau-du-hcb.html

 

[4] http://seppi.over-blog.com/2015/07/moustique-genetiquement-modifie-dengue.html

 

* Dans le texte initial de cette partie que nous avons remaniée, nous pensions que la sélection avait été faite par le journal. Avec toutes nos excuses à son personnel, en particulier à Mme Garric.

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article