Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le glyphosate classé « cancérigène probable » : le conflit d'intérêts se précise !

22 Juillet 2015 , Rédigé par Seppi

Le glyphosate classé « cancérigène probable » : le conflit d'intérêts se précise !

 

Christopher J. Portier prend fait et cause pour le militantisme anti-glyphosate

 

 

Imaginez...

 

Imaginez que vous soyez un expert reconnu de la toxicologie qui, après une carrière dans l'administration, rejoint une officine de militantisme « écologiste ». Un expert qui, malgré cette traversée du miroir parvient à se glisser – sa propre initiative ou sur sollicitation –, comme « spécialiste invité », dans un groupe d'experts du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) chargé de classer, notamment, le glyphosate du point de vue de sa cancérogénicité [1].

 

Imaginez que votre participation à ce groupe soit une source, certes parmi d'autres, de critiques du classement en « cancérigène probable » fondées sur votre problème de conflits d'intérêts. Entendons-nous : vous avez peut-être contribué aux travaux en toute indépendance, objectivité et loyauté. En tant qu'expert invité, vous n'avez pas participé à l'évaluation, ni à la rédaction des conclusions. Mais le problème réside précisément dans le fait que ces qualités peuvent vous être déniées du fait de votre activité pour une entité ayant un intérêt à ce que le glyphosate soit classé cancérigène ; et que vous pouvez être suspecté d'avoir joué un rôle plus important que ce que la théorie des textes. Et ce, d'autant plus que le classement paraît extravagant.

 

Imaginez que vous soyez un expert sans fil à la patte. Iriez-vous battre l'estrade pour des entités qui militent contre le glyphosate et exploitent – de surcroît abusivement – la décision à laquelle vous avez contribué ?

 

On peut imaginer que vous feriez profil bas, la retenue faisant partie du décorum de l'expert et s'imposant encore plus pour celui par qui le scandale est susceptible d'arriver.

 

 

La Soil Association en campagne

 

Ce n'est pas le cas de M. Christopher J. Portier qui, quatre mois après la conclusion des travaux du groupe de travail du CIRC, a accepté une invitation de la Soil Association, une entité qui promeut activement l'agriculture biologique au Royaume-Uni et combat les produits phytosanitaires (évidemment autres que ceux utilisés par l'agriculture biologique) [2].

 

La Soil Association a organisé le 15 juillet 2015 un briefing autour de sa dernière campagne, la demande d'interdiction de l'utilisation du glyphosate comme dessicant ou herbicide sur blé peu avant la récolte.

 

C'est la tactique du salami : comme on ne pense pas pouvoir obtenir une interdiction globale, on s'attaque à une petite tranche. Et quand cette tranche a été coupée, on s'attaque à la suivante en légitimant l'action par l'allégation que le fait d'avoir coupé la précédente démontre bien l'existence d'un problème.

 

C'est aussi la tactique de l'attaque indirecte : comme on ne pense pas pouvoir atteindre les agriculteurs, on les consommateurs contre des cibles plus faciles et plus concentrées, ici, l'industrie de la minoterie. En France, les pressions s'exercent sur la grande distribution.

 

Et c'est aussi une stratégie – malhonnête – pour promouvoir l'agriculture biologique.

 

« Go organic! », c'est ça le vrai message !

 

En bonne compagnie !

 

M. Portier était donc un des orateurs, aux côtés de M. Robin Mesnage, compagnon de route de M. Gilles-Éric Séralini et maintenant au Département de Génétique Médicale et Moléculaire du Kings College de Londres, et de Mme Claire Robinson, éditrice de GMWatch et directrice de la rédaction de GMO Seralini.

 

Imaginez... Auriez-vous accepté de participer à un événement avec ces orateurs au profil très typé, un événement dont vous ne pouviez pas ignorer le but militant ? Et où votre présence, si vous ne vouliez pas participer à la promotion de cet objectif militant, aurait tout de même servi de faire-valoir et de caution scientifique ?

 

Confronté à un conflit d'intérêts – qui était latent au moment de votre participation au groupe de travail du CIRC – que choisissez-vous ? Le militantisme au détriment de la crédibilité de la décision du CIRC, ou l'abstention au profit de l'intégrité de la décision ?

 

 Ça, c'est au Canada. Demandez à votre médecin de tester... votre pain ! Mais...

 

Il y a factuel et « factuel »

 

M. Portier a certes fait une présentation (lien sur le site de la Soil Association) qui nous semble factuelle (nous attendons la monographie !). Mais factuelle seulement sur les faits présentés... car il en manque un : la signification réelle des classements du CIRC, mise en perspective. M. Portier aurait-il voulu contribué à la campagne d'anxiogénèse qu'il ne se serait pas pris autrement !

 

Chacun sait aussi qu'il peut y avoir une grande différence entre la présentation écrite et l'orale. Et entre ce qui est présenté et ce que le public – et surtout les organisateurs – en retiennent. Or la Soil Association a retenu cette déclaration forte de M. Portier :

 

« Le glyphosate est sans conteste génotoxique. Il n'y a pas de doute dans mon esprit. »

 

Un conseil : lavez-vous les mains après... pour éliminer le glyphosate !

 

Le CIRC coupable par association

 

Cela pose plusieurs problèmes. D'une part, la génotoxicité ne fait pas partie des conclusions fermes du CIRC (elle n'est mentionnée que dans un tableau récapitulatif dans l'article paru dans le Lancet [3] et, sauf erreur, c'est sur la base d'un article scientifique dont l'auteur a déclaré qu'il a été mal interprété). D'autre part, M. Portier présente cette affirmation comme une opinion, ce qui est aux antipodes de l'ambition du CIRC, qui est de produire des conclusions fondées sur des faits. En outre, cette déclaration ouvre un nouveau front contre le glyphosate ; « cancérogène probable » n'ayant pas ameuté la populace, ouvrons le front de la génotoxicité ! Et, de surcroît, en exprimant cette opinion, M. Portier a démontré qu'il a troqué l'objectivité contre le parti pris, le CIRC étant coupable par association.

 

C'est une tache de plus sur la conclusion du CIRC.

 

D'autant plus que cette déclaration a – évidemment – fait l'objet d'une propagation virale dans la médiasphère militante en étant associée au CIRC. Ainsi, la Soil Association, présente M. Portier comme un des co-auteurs de l'étude du CIRC ce que, techniquement et en principe, il n'est pas. En principe... ! GMWatch, de Claire Robinson, titre : « Le glyphosate endommage l'ADN selon un expert de l'Organisation Mondiale de la Santé » [4].

 

La malhonnêteté va même plus loin. Le 12 juin 2015, le GMWatch de Mme Claire Robinson a annoncé l'événement de la Soil Association en titrant : « Un scientifique du CIRC parlera sur la conclusion de l'agence sur le lien entre le Roundup et le cancer » [5].

 

M. Portier ne pouvait donc pas ignorer que lui-même (en admettant, hypothèse peu crédible, qu'il n'ait pas été consentant) et le CIRC (et même l'OMS) étaient instrumentalisés.

 

 

Allo, le CIRC !

 

Le CIRC et l'OMS agiront-ils pour, sinon faire cesser, du moins freiner ce cirque ? Et pour éviter que cela ne se reproduise ?

 

Ils doivent se rendre à une évidence : leur crédibilité est menacée.

 

M.  Nick von Westenholz, directeur de la Crop Protection Association » a notamment déclaré [6] :

 

« Il est désolant de voir que des groupes de pression dénaturent la science en utilisant ce classement pour promouvoir leur propre agenda, et en suscitant des préoccupations auprès du public bien que le glyphosate ait un excellent profil du point de vue de sa sécurité »

 

Allo, le CIRC ! Allo, M. Christopher Wild ! Allo ! Non mais allo quoi ! Les groupes de pression se prévalent de M. Christopher J. Portier, [quelque chose] du CIRC !

 

Ou faut-il penser que M. Portier peut faire ce genre de déclarations à l'insu de votre plein gré ?

 

Un autre conseil : ne mangez plus !

________________

 

[1] http://seppi.over-blog.com/2015/07/glyphosate-roundup-classe-cancerogene-probable-et-conflits-d-interets-2.html

 

[2] http://www.soilassociation.org/news/newsstory/articleid/8110/soil-association-calls-for-ban-on-glyphosate-the-world-s-most-widely-sold-weedkiller

 

[3] http://www.thelancet.com/journals/lanonc/article/PIIS1470-2045(15)70134-8/abstract

 

[4] http://www.gmwatch.org/news/latest-news/16302-glyphosate-damages-dna-says-world-health-organisation-expert

 

[5] http://www.gmwatch.org/news/latest-news/16232-iarc-scientist-to-speak-on-agency-s-conclusion-of-roundup-link-with-cancer

 

[6] http://www.fwi.co.uk/arable/call-ban-glyphosate-milling-wheat.htm

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

yann 24/07/2015 11:19

Là les choses sont plus claires!

Le circ perd toutes crédibilités et rentre officiellement dans le club des escrologistes/environnementeurs.

WS: Merci pour toutes vos infos toujours sérieusement argumentées